ADEN

JPEG

Présentation du projet

La fracture numérique en Afrique se dégradant de plus en plus, il devenait nécessaire d’y remédier. C’est pourquoi le ministère français des Affaires étrangères a mis en place un projet de coopération international au travers du projet d’Appui au Désenclavement Numérique (ADEN). Il a pour objectif de démocratiser l’accès à Internet, de former à l’utilisation des nouvelles technologies, et encourager la production africaine.

Pour ce faire il a été créé un dispositif complet de points d’accès publics à l’Internet dans des zones numériquement enclavées de 13 pays d’Afrique sub-saharienne francophones, anglophones et lusophones. Le Ministère des affaires étrangères a doté ce projet de 6 millions d’euros s’étalant de 2003 à 2008 afin de vulgariser l’accès aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), de former les populations locales à leur utilisation et d’appuyer les usages, contenus et applications Internet favorables au développement.

Pays participant au projet ADEN
GIF

ADEN a pour objectif de créer au total 60 centres d’accès public à Internet dans les pays participant au projet principalement en zones rurales et dépourvues de connectivité adéquate.

Le projet prend en compte l’existence de structures déjà existantes (cybercafé) dans certaines localités et n’ambitionne en aucun cas de les concurrencer. Le projet vise seulement à apporter une réponse aux demandes préalablement étudiées dans des diagnostics faits sur les différents terrains.

Ces centres ont vocation à être gérés par des acteurs de la société civile : association, organisation non-gouvernementale, antenne universitaire, église, collectivité locale, station de radio...

Chaque centre concrétise, sur le terrain, un partenariat entre l’ambassade de France dans le pays et un acteur de la société civile locale, les deux parties se répartissant alors les coûts d’installation et de fonctionnement du centre de manière à poser les conditions favorables à la pérennité du centre.

Début 2007 il existe 30 centres ouverts au public dans 11 pays. 29 autres centres devraient ouvrir leur porte durant l’année 2007 ; le Burkina Faso est à ce jour le pays bénéficiant du programme le plus avancé puisqu’il est le pays ayant ouvert le plus de centres (9 centres) et est également celui qui ambitionne d’en ouvrir le plus (7 centres) ce qui portera normalement le nombre de centres ADEN à 16 en fin d ‘année 2007, soit plus d’un quart des centres ADEN construits.

JPEG

De plus, ces centres permettent ainsi la formation de gestionnaires de centres qui peuvent ainsi à leur tour accompagner les utilisateurs dans leur découverte de ce nouvel outil. De plus ces centres se peuvent mettre à disposition d’écoles, d’universités, ou encore de mairies afin de leur faciliter l’accès aux informations de la capitale.

Le projet au Burkina Faso

Comme dit précédemment le Burkina Faso est le pays le plus avancé dans ce projet avec 16 centres déjà ouverts ou qui vont l’être dans les prochains mois.

JPEG

Le projet a donc apporté l’équipement d’un réseau de 6 ordinateurs (unités centrales + moniteurs + onduleur), des périphériques (imprimante, scanner, appareil photo numérique) d’un serveur connecté à une connexion par v-sat leur permettant d’avoir une connexion haut débit à l’internet. Il leur finance également la connexion pendant 1 an.

JPEG

Le premier centre ADEN a été inauguré en juin 2006 à Kombissiri en présence du directeur général de coopération internationale et de développement (DgCID), Mr Philippe Etienne ainsi que du ministre des postes et des techniques de l’information et de la communication du Burkina Faso, Mr Joachim Tankoano.

JPEG

Mr Ospital (Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle au Burkina Faso) et l’archevêque de Ouagadougou.

Mr Philippe Etienne et Mr Joachim Tankoano inaugurant le centre.

Comité de pilotage et gestionnaires du projet

Un comité de pilotage a été mis en place afin de contrôler la gestion du projet, ainsi que pallier les difficultés encourues par les différents centres :
- Il est coprésidé par l’ambassade de France et le DELGI (La Délégation Générale à l’Informatique appartenant au ministère des postes et de télécommunications)
- Représentants de huit Ministères ;
- Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Artisanat (CCIA) ;
- Association des Maires au Burkina Faso (AMBF) ;
- AUF (campus numérique de Ouagadougou) ;
- Université de Ouagadougou ;
- PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) ;
- Représentants des associations gestionnaires des centres.

Associations en charge de la gestion des centres

JPEG

Coordonnées

Université de Ouagadougou

Email : payot@univ-ouaga,bf

Tel : 50.33.06.56

Dernière modification : 29/03/2007

Haut de page