AFD : Signature de deux conventions

Vendredi 21 mai, le Ministre de l’Economie et des Finances, l’Ambassadeur de France au Burkina Faso et le Directeur de l’Agence Française de Développement ont procédé à la signature de deux conventions de subvention d’un montant total de 7,65 millions d’euros (soit 5 milliards de FCFA), en présence du Ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques.

La première subvention, de 650.000 euros (426 millions de FCFA), consiste en un nouveau fonds d’études et de renforcement des capacités en vue de préparer de nouveaux financements de l’Agence Française de Développement. Il constitue le 12ème fonds d’études mis en place par l’AFD depuis la fin des années 80 pour un montant total de 11,4 millions d’euros.

La seconde subvention, de 7 millions d’euros (4,6 milliards de FCFA), est un appui à la mise en œuvre du Programme National d’Alimentation en Eau Potable et d’Assainissement (PN-AEPA) ciblé sur la Région Centre Nord. Ce projet s’inscrit dans la continuité du Programme d’application de la réforme du système de gestion des infrastructures hydrauliques d’alimentation en eau potable en milieu rural et semi-urbain que l’AFD a financé dans 8 provinces du Burkina Faso entre 2002 et 2009. Il permettra d’asseoir la mise en place de cette réforme, qui est un des fondements de la politique nationale d’alimentation en eau potable. Cette réforme vise l’implication accrue d’opérateurs privés et associatifs dans la gestion et la maintenance des ouvrages hydrauliques, sous la maitrise d’ouvrage des Communes auxquelles ont été transférées les compétences en matière d’eau et d’assainissement.

JPEG - 42.7 ko
L’ambassadeur de France, S.E. M. François GOLDBLATT et le ministre burkinabè de l’Economie et des Finances, M. Lucien Marie Noël BEMBAMBA, procèdent à la signature des conventions de financement.

En termes d’investissement, le projet prévoit la réalisation de 115 nouveaux forages équipés, la réhabilitation de 200 points d’eau potable, la réalisation de 5 nouveaux mini-réseaux et l’extension ou renforcement de mini-réseaux existants, la réalisation de 2.000 latrines familiales et d’une dizaine de latrines publiques dans les marchés. L’accompagnement dans la durée des acteurs locaux de l’eau et de l’assainissement (communes, services déconcentrés de l’Etat, secteur privé et associatif) est également une composante essentielle du projet, de manière à renforcer la pérennité des ouvrages. En effet, une part encore trop élevée des ouvrages est non-fonctionnelle, le plus souvent en raison d’un manque d’entretien préventif et de systèmes de gestion défaillants. A travers cette contribution, l’AFD cherche ainsi à appuyer les acteurs nationaux de l’eau et de l’assainissement dans mise en place sur le terrain des bonnes pratiques de gestion élaborées dans le cadre de la politique nationale.

JPEG - 37.4 ko
Traditionnelle poignée de main entre les parties prenantes.

Cette nouvelle contribution porte à près de 30 milliards de FCFA le portefeuille de projets en cours de l’AFD dans le secteur eau/assainissement, en vue d’aider le Burkina Faso à atteindre ses objectifs ambitieux en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement.

Agence Française de Développement – Burkina Faso

Ci-joint : le discours prononcé vendredi par l’ambassadeur de France, S.E. M. François Goldblatt.

Word - 38 ko
Discours - Signature de conventions 21 mai 2010

Dernière modification : 17/02/2011

Haut de page