Appui à la promotion de la francophonie, de la recherche et du dialogue des cultures

Promouvoir la francophonie

- Le lycée Saint-Exupéry de Ouagadougou et l’école André Malraux de Bobo Dioulasso, constituent pour le système éducatif burkinabé, des repères d’excellence. Elles accueillent, en nombre non négligeable, de jeunes Burkinabè.

- L’ouverture, il y a deux ans, de cours de français au Centre culturel Georges Méliès facilite l’apprentissage de la langue française par les cadres étrangers affectés au Burkina Faso.

- La France apporte, avec la Belgique et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), un soutien significatif à l’enseignement secondaire et supérieur, l’accent étant mis, pour ce dernier, sur la création de filières professionnalisantes et l’établissement de liens étroits avec les universités francophones du Nord.

Relancer la recherche au service du développement

- L’appui apporté au centre Muraz et au CIRDES, centre de recherche vétérinaire régional, contribue à maintenir des pôles de recherche de haut niveau qu’appuient notre agence nationale de recherche sur le Sida et le CIRAD.

- Un projet bilatéral de relance de la recherche au Burkina Faso va dans le même sens, renforçant les liens des jeunes chercheurs burkinabè avec leurs laboratoires français de référence.

Promouvoir le dialogue des cultures

- Les centres culturels français de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso continuent de s’affirmer, non seulement comme lieux de rencontre entre les Burkinabè et la culture française, mais aussi comme des instruments de coopération culturelle reconnus et appréciés par les artistes locaux.

- Le projet bilatéral d’appui au développement culturel permet, enfin, d’apporter au Burkina Faso des moyens matériels et intellectuels lui permettant de mettre en valeur un riche patrimoine culturel.

- L’aide au cinéma africain renforce le rôle particulier que joue le Burkina Faso dans ce domaine important pour l’image du pays.

Retour - GIF

Dernière modification : 04/11/2004

Haut de page