Arnaques - Cybercriminalité

1. Typologie des arnaques et escroqueries

1.1. Arnaques aux sentiments

Les escrocs créent de faux comptes sur des sites de rencontre, ou sur les réseaux sociaux en utilisant des photos d’hommes ou de femmes récupérées sur internet. Habilement, ils peuvent entretenir des correspondances pendant des semaines et des mois pour mettre leur interlocuteur en confiance et faire naître des sentiments. Puis ils solliciteront leur victime, pour l’achat d’un billet d’avion permettant de leur rendre visite, pour l’achat d’un nouvel ordinateur, pour aider un membre de leur famille tombé soudainement malade ou victime d’un accident, etc.
Ces escrocs maitrisent bien les outils informatiques, sont spécialistes de la retouche d’images et utilisent également des flux-vidéos préenregistrés sur leur webcam.
Ils vous font croire qu’ils se sont fait arrêter à l’aéroport au moment d’embarquer parce que leurs vaccinations ne sont pas à jour, ou qu’il sont soupçonnés de trafic d’œuvres d’art ou encore qu’ils ont besoin d’une travel chèque pour voyager en France.

1.2. Hammeçonnage

L’hameçonnage ou « phishing » en anglais est une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer une usurpation d’identité. Vous êtes destinataire d’un email d’un de vos contacts vous apprenant qu’il est en voyage d’affaire à Ouagadougou et qu’il s’est fait agressé sur la route de l’aéroport se faisant voler tous ses papiers, ou qu’il a eu un accident de voiture et se trouve a l’hôpital sur le point de se faire opérer.
Vous êtes ensuite contactés par des soi-disant officiers de police ou chirurgiens dont le seul but est de vous faire envoyer de l’argent au Burkina Faso.
L’imagination des escrocs est sans limite. Certains n’hésitent pas à créer des adresses email ressemblantes à celles utilisées par l’ambassade ou le consulat et à vous contacter. Sachez que nos adresses officielles finissent toutes par @diplomatie.gouv.fr ou par @ambafrance-bf.org

1.3. Les arnaques « à l’héritage »

Les escrocs diffusent un message électronique proposant de mirobolantes commissions, en échange de l’utilisation d’un compte bancaire pour effectuer des virements d’un montant très élevé. Il s’agit en général de prétendus fonds qui se trouveraient bloqués dans une prétendue banque au nom de prétendus héritiers ne pouvant récupérer leurs avoirs sans l’intervention d’un tiers. Les escrocs excellent dans l’art d’instaurer un doute dans l’esprit des personnes qui se font duper en usurpant le nom de personnes réelles et de vraies banques et en créant des adresses électronique évocatrices, mais fausses (telles « scotland_yard@hotmail.com » ou « cia@yahoo.com »).
L’objectif des escrocs consiste soit à obtenir le numéro de votre compte bancaire et un exemplaire de votre signature pour donner de faux ordres de virement à votre banque, soit à vous faire payer de prétendus « frais de dossier » préalables, qui se succèderont alors en cascade.

Plusieurs variantes circulent sur internet : personne atteinte d’une grave maladie ou décédée dans un accident d’avion, mystérieuse valise diplomatique ou malle qui se trouverait bloquée à Ouagadougou, etc.

1.4. Arnaques à la loterie

Les escrocs diffusent des messages électroniques vous avisant que vous avez gagné le gros lot d’une loterie, généralement par tirage au sort parmi des adresses électroniques. Le gros lot est souvent une voiture, parfois de l’argent.
L’objectif consiste soit à demander le paiement de frais de dossier et de transport de ce véhicule vers la France, soit à vous faire venir la chercher à Ouagadougou et à vous voler tout ce que vous avez emporté avec vous à votre arrivée au Burkina Faso.

Si le gros lot est une somme d’argent, l’objectif consiste à vous faire payer des frais préliminaires de notaire.

1.5. Arnaques à la commande de matériel et promesse de paiement par carte de crédit ou virement bancaire

Les escrocs passent des commandes de matériel à des exportateurs français ou à des hôtels en France au nom de fausses entreprises burkinabè et proposent de payer, soit par cartes de crédit (il s’agit alors de cartes volées ou fausses), soit par virements bancaires (de faux ordres de virement vous sont adressés en pièces jointes : la qualité de ces faux ordres de virement peut être excellente).
1.6. Détournements de courrier à destination des banques
Les courriers détournés sont utilisés pour des escroqueries. Il est recommandé d’éviter la voie postale dans les relations avec les établissements bancaires situés au Burkina Faso et de privilégier les envois sécurisés.

1.7. Arnaques à la voiture d’occasion

En réponse à une offre de vente mise en ligne sur Internet, un prétendu acheteur résidant au Burkina Faso demande l’expédition du véhicule depuis la France aux frais du vendeur avec promesse de règlement dès réception, ou demande les coordonnées bancaires du vendeur pour un prétendu virement.

1.8. Arnaques au dédommagement des victimes d’abus de confiance

Certains fraudeurs après avoir escroqué une première fois leur victime n’hésitent pas à se faire passer pour un organisme de lutte contre la cybercriminalité dans le but d’arnaquer leur victime une deuxième fois. Le système consiste toujours à vous promettre un remboursement du préjudice subi nécessitant au préalable des frais de dossier que la victime doit payer avant de se faire indemniser.

2. Faut-il y répondre ?

Non. Ne pas y répondre, même si l’offre provient d’un avocat ou d’une personnalité connue, car les escrocs sont capables d’usurper n’importe quelle identité. Soyez méfiant et faites preuve de bon sens : si une offre vous paraît trop belle pour être vraie, c’est qu’il s’agit bien évidemment d’une arnaque.
Ne jamais donner ses coordonnées bancaires ou un exemplaire de sa signature (de faux ordres de virements pourraient alors être adressés à votre banque pour vider votre compte).

Ne jamais envoyer d’argent (via Western Union par exemple) au titre de « frais de dossier » préalables, qui se succèderaient en cascade.

3. Que faire si vous y avez répondu ?

Si vous avez communiqué des informations relatives à un compte bancaire : prendre contact immédiatement avec votre banque afin d’éviter qu’elle accepte de faux ordres de virement sur votre compte.
Si vous avez versé de l’argent : déposer plainte en France (police ou gendarmerie). Certes, vous pouvez déposer plainte au Burkina Faso, mais vous vous exposez alors à des frais de déplacement élevés, alors que la probabilité de récupérer vos fonds est extrêmement faible, pour ne pas dire nulle.

4. Que peut faire le consulat ?

Le consulat ne peut :

- ni vérifier l’existence de particuliers, d’organismes, d’entreprises, d’avocat, de notaire ou de banque vous proposant de telles offres : vous devez être conscient qu’aucun professionnel au Burkina Faso ne diffuse des messages électroniques faisant de telles propositions à des personnes qui lui sont inconnues ou servant d’intermédiaires pour de telles opérations ; en tout état de cause, ces escrocs utilisent des adresses électroniques et des téléphones cellulaires dont ils détruisent la carte SIM dès qu’ils se rendent comptent que leur victime a compris qu’il s’agissait d’une arnaque ;

- ni récupérer les fonds que vous avez versés à des escrocs, qui se sont vraisemblablement déjà volatilisés ;

- ni déposer plainte à votre place au Burkina Faso.

En revanche, si vous déposez une plainte en France et si la justice française décide de poursuivre son enquête au Burkina Faso, le consulat transmettra alors la commission rogatoire internationale aux autorités burkinabè.

Dernière modification : 06/10/2014

Haut de page