Atelier de validation d’un guide de bonnes pratiques en matière d’exploitation artisanale de l’or (26 juin 2015)

Avec l’appui financier de l’ambassade de France au Burkina Faso, l’ONG ORCADE (Organisation pour le Renforcement des Capacités de Développement) a élaboré un guide de bonnes pratiques en matière d’exploitation artisanale de l’or.

Ce guide a fait l’objet d’un atelier de validation par les acteurs du secteur minier le vendredi 26 juin 2015 au Ran Hôtel Somketa, à Ouagadougou.

Ouvert par le Président d’ORCADE, Jonas Hien, et la Chargée de mission de l’Ambassade de France, Charlotte Peiffer, cet atelier de validation a rassemblé près d’une quarantaine de personnes, issues de la société civile, des structures ministérielles concernées, du Syndicat National des Orpailleurs ainsi que des sociétés minières et partenaires au développement.

JPEG

L’atelier a permis de recueillir des propositions consensuelles de la part des acteurs du secteur minier en matière de bonnes pratiques, dans les domaines de la santé et de la sécurité, de l’éducation (travail des enfants sur les sites d’orpaillage), de l’environnement, et de la fraude.

L’objectif d’un tel guide est de contribuer à l’amélioration des pratiques d’extraction artisanale de l’or, plus communément appelée « orpaillage », afin de minimiser les risques sanitaires, sociaux et environnementaux liés à cette activité.

JPEG

Destiné aux orpailleurs, mais aussi aux structures de formation (OSC, structures publiques et privées) qui assureront sa diffusion sur les sites d’orpaillage, ce guide sera élaboré en français puis traduit en mooré et en dioula, les deux langues majoritaires du pays. Sa diffusion est prévue sur 100 sites miniers artisanaux à travers le pays, d’ici la fin de l’année 2016.

Ce projet est soutenu à hauteur de 24 073 625 francs CFA -soit près de 36 700 euros-, par l’ambassade de France au Burkina Faso, dans le cadre du « Programme d’appui au partenariat accéléré avec le G7 pour la transparence et la gouvernance des industries extractives au Burkina Faso » (TGIE-G7), dont la France est chef de file.

Dernière modification : 30/06/2015

Haut de page