Cérémonie de remise de prix du concours « Ma thèse en 180 secondes » (25 juin 2015)

Le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France, en collaboration avec le Ministère des Enseignements Secondaire et Supérieur, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Agence Universitaire pour la Francophonie (AUF), a organisé le 25 juin dernier, la deuxième édition du concours « Ma Thèse en 180 secondes » à l’Institut français de Ouagadougou, également partenaire du projet.

Ce concours vise à permettre à des jeunes chercheurs de faire connaître leurs travaux au plus grand nombre en les incitants à vulgariser l’objet de leur recherche. Il s’agit aussi d’un exercice d’éloquence orale et gestuel qui repose sur la clarté de l’exposé et la capacité à capter l’attention du public.

PNG

Ce concours fut un véritable succès. Cette année, l’innovation majeure fut la possibilité offerte au vainqueur du concours de participer à la finale internationale, qui aura lieu à Paris le 1er et le 2 octobre prochains.

A l’issue d’une première épreuve, cinq finalistes ont été retenus. Le 25 juin, à l’Institut français, devant un jury de six personnalités venant d’horizon divers, chaque candidat a présenté l’objet de ses travaux de recherche.

Après délibération, le jury a décerné le 1er prix à Mme Alizéta Sawadogo qui a reçu une bourse de stage de trois mois, décernée par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France qui lui permettra, notamment, de participer à la grande finale internationale à Paris. Les 2ème et 3ème prix ont été décernés à M. Issoufou Tao et M. Dominique Bonkoungou qui reçoivent chacun une bourse de stage offert par le Ministère burkinabè des enseignements secondaire et supérieur. Enfin, les 4ème et 5ème prix ont été décernés à M. Mohammed Tidjane Kinda et M. Djimmy Wakai qui reçoivent chacun un ordinateur portable offert par l’AUF.

A l’issue de cette édition, l’ensemble des participants et les organisateurs ont souhaité renouveler ce concours dès l’année prochaine en espérant un plus grand nombre de candidats sélectionnés.

La participation de la lauréate de la finale nationale à la finale internationale permettra, à n’en point douter, le rayonnement de la recherche burkinabè.

Dernière modification : 03/07/2015

Haut de page