Cérémonie du 11 novembre 2013 à Ouagadougou

Un hommage a été rendu aux combattants morts pour la France au Cimetière militaire français de Ouagadougou en présence de M. Gilles Thibault, ambassadeur de France et de représentants des autorités civiles et militaires du Burkina Faso. A l’issue de la cérémonie, l’Ambassadeur de France a prononcé une allocution dans l’enceinte de l’Institut Français.

JPEG - 45.5 ko

Monsieur l’Inspecteur général des forces armées nationales, (COL Major KAMBOU), représentant le chef d’état major général des armées

Messieurs les Représentants des Français de l’étranger,

Monsieur le Sec Général de la Défense Nationale, (Col Major Honoré NOMBRE)

M. le Sec Gal du min de la Déf Nat et des anc comb, (Col Major Alassane MONE)

Messieurs les officiers généraux et officiers supérieurs, dans vos rangs et attributions respectives,

Monsieur le délégué aux anciens combattants,

Monsieur le Président des anciens combattants,

Très Chers Anciens,

Mesdames et Messieurs, chers enfants,

Je suis tout particulièrement heureux de vous recevoir maintenant à l’Institut français, après cette belle cérémonie emprunte de sobriété, de solennité et d’émotion à laquelle nous venons de participer au cimetière français de Ouagadougou.

Votre présence aujourd’hui traduit bien la continuité entre les anciens combattants d’hier, qui ont donné leur vie pour la défense de la France et de nos pays, et les forces de défense et de sécurité d’aujourd’hui.

Apparaissant dans l’imaginaire collectif des Français comme la manifestation la plus emblématique d’hommage aux combattants morts pour la Patrie, le souvenir du 11 novembre appelle désormais à une commémoration ce jour-là de tous les morts pour la France, ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain dans tous les conflits qui ont été menés pour la défense du pays, pour la maîtrise de notre destin et pour la défense de nos valeurs.

Merci aux anciens combattants et aux veuves, qui comme chaque année ont répondu présent pour cette commémoration, nous marquant ainsi une fois encore leur attachement. En retour, je tiens à leur exprimer notre reconnaissance et à leur témoigner notre affection et notre solidarité. La France ne les oublie pas.

JPEG - 28.9 ko

Merci également aux autorités militaires burkinabè de nous faire l’honneur d’être parmi nous aujourd’hui. Je sais combien leur emploi du temps est chargé en cette fin d’année, à un moment où leurs unités sont engagées simultanément sur beaucoup de théâtres d’opérations extérieurs, au Mali, au Darfour et en Guinée-Bissau, et sur sol burkinabè.
Leur présence ce matin illustre la force des relations historiques qui unissent nos deux peuples et la qualité des liens amicaux et d’estime mutuelle existant entre militaires burkinabè et français.
J’en profite pour vous redire la détermination de la France à œuvrer à vos côtés à la modernisation des Forces Armées Nationales comme notre volonté de vous aider à participer avec succès aux opérations de maintien de la paix dans lesquelles vous êtes engagés.

Un grand merci enfin à mes compatriotes et aux enfants de l’école Saint-Exupéry venus cette année. Je souhaite leur dire combien pour moi leur présence est importante aujourd’hui. Ils sont le lien entre le passé et l’avenir, ce passé dont nous devons regarder les heures les plus sombres sans complaisance pour nous engager tous ensemble à construire un avenir sans guerre.

JPEG - 34.1 ko

Pour terminer, permettez-moi de féliciter encore une fois nos quatre décorés ainsi que leur famille.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 16/06/2015

Haut de page