Compte-rendu de la visite du ministre chargé de la Coopération, Henri de Raincourt

Retour sur les rencontres et thématiques abordées par M. le ministre Henri de Raincourt lors de sa visite officielle au Burkina Faso, les 7 et 8 janvier 2011.

Henri de Raincourt et le Ministre d'Etat des Affaires étrangères, Alain Yoda
Le ministre remettant des ordinateurs aux étudiants du 2iE
Henri de Raincourt, ministre chargé de la Coopération et Blaise Compaoré, Président du Faso, lors de leur rencontre au palais de Kosyam
Discours du ministre, lors de l'ouverture de la conférence "Population, développement et planification familiale en Afrique de l'ouest : l'urgence d'agir"
Visite du ministre au 2iE
Discours du ministre lors de sa rencontre avec la communauté française, à la résidence de l'ambassadeur
Henri de Raincourt à la rencontre des élèves du lycée français

Le ministre a rencontré le président Blaise Compaoré et le ministre d’Etat des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, Bedouma Alain Yoda. Les questions du Sahel et de la Côte d’Ivoire ont été abordées. Il s’est également entretenu avec le maire de Ouagadougou, Simon Compaoré.

M. de Raincourt a rencontré la communauté française, ainsi que des représentants d’entreprises françaises implantées dans le pays lors d’une réception à la résidence de France. Il a invité la communauté française à renforcer sa vigilance et à éviter tout déplacement non indispensable dans la pointe nord du Burkina. Il a rappelé qu’il convient d’avertir systématiquement les autorités burkinabè et françaises en cas de séjour dans la zone. Il a rappelé que si le degré d’alerte n’est pas le même qu’en Mauritanie, au Mali ou au Niger, le risque zéro n’existe cependant pas.

Il a également rencontré les élèves du Lycée français et l’équipe de l’Institut français (ancien centre culturel français).
Le ministre a également ouvert la conférence "Population, développement et planification familiale en Afrique de l’ouest : l’urgence d’agir", aux côtés de Blaise Compaoré. Il a annoncé le versement par la France de 500 millions d’euros sur 5 ans dès 2011, dont 100 millions pour l’Afrique francophone. Ces fonds permettront de soutenir les efforts de l’Afrique de l’Ouest pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement 4 et 5 (réduction de la mortalité infantile et amélioration de la santé maternelle) et, conformément à la demande des pays de la région, pour maîtriser la croissance démographique.

Dernière modification : 15/02/2011

Haut de page