Coopération dans le domaine de la recherche scientifique universitaire

Au niveau universitaire, notre coopération dans le domaine de la Recherche Scientifique s’articule autour de trois axes :

-  le projet « CORUS » dont l’objectif est de promouvoir des projets de recherche menés conjointement par des chercheurs burkinabè, français et d’autres pays africains

-  le projet d’« appui au développement de la recherche au Burkina Faso » dont l’objectif est de contribuer au renforcement des capacités des structures de recherche du pays : Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) et centres associés, Universités de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso

-  le projet « SIST » (Système d’Information Scientifique et Technique) dont l’objet est la mise en place dans douze pays du continent d’un système d’information en réseau dans le domaine de la recherche.

Dans le cadre de CORUS, sept projets ont été retenus pour le Burkina Faso, principalement dans les domaines de la santé humaine et animale (substances antipalustres, leishmaniose cutanée, trypanosomes chez les bovins) et de l’agriculture (problèmes parasitaires des cultures, régénération des forêts tropicales, eau et écosystème...).
Un montant de 350.000 euros est consacré à ce projet. Un second CORUS doit être mis en œuvre au cours de l’année 2005.

Le projet bilatéral d’appui au développement de la recherche au Burina Faso s’articule autour de deux points principaux :

-  renforcement des capacités institutionnelles du CNRST et des instituts rattachés

-  mise en place d’un outil de partenariat scientifique entre des structures burkinabè et françaises pour susciter des recherches dans des domaines identifiés comme prioritaires pour le développement du Burkina Faso.

Dix projets de recherche sur trois ans seront retenus pour ce projet de 1,8 Million d’euros dans les domaines suivants : amélioration des productions animales et végétales et des technologies agro- alimentaires, gestion des ressources naturelles, connaissance des grandes endémies autres que le SIDA, transformations sociales, impacts des politiques de lutte contre la pauvreté.

Le projet SIST, dont les bénéficiaires sont les chercheurs, les laboratoires de recherche et les universités de douze pays du continent, s’inscrit dans l’une des priorités du NEPAD qui est la réduction de la fracture numérique et technologique. Il vise à :

-  désenclaver la recherche africaine en développant échanges, productions et diffusion d’informations scientifiques,

-  promouvoir les sciences et les techniques du Sud en permettant aux chercheurs africains de développer leurs propres capacités d’analyse et d’expertise,

-  servir le développement durable en encourageant les recherches régionales sur les priorités définies par les pays (santé, ressources renouvelables, agronomie...).

Retour - GIF

Dernière modification : 13/01/2005

Haut de page