Coopération décentralisée.

JPEG

Présentation de la coopération décentralisée au Burkina Faso

La coopération décentralisée est une pratique largement répandue et de longue date au Burkina Faso. Les premiers pas remontent à 1967, date à laquelle des liens se sont tissés entre la ville de Loudun (Vienne) et celle de Ouagadougou. D’autres ont suivi, alors essentiellement motivés par la volonté des partenaires de construire des relations fondées sur des principes de solidarité et d’amitié, concrétisés par des projets ponctuels portant essentiellement sur la réalisation d’infrastructures sociales et l’envoi de matériels médical et scolaire.

Il faudra toutefois attendre les années 90 pour que soit fixé un cadre légal à la coopération décentralisée. Sur cette base, une ou plusieurs collectivités territoriales (régions, départements, communes et leurs groupements) peuvent mener des actions de solidarité à l’international avec et une ou plusieurs collectivités locales étrangères, dans le cadre de leurs compétences communes.

Parallèlement, Le processus de décentralisation au Burkina Faso a été amorcé avec la réforme institutionnelle de 1991 et une première série de textes en 1993 ont ouvert la voie à l’organisation de premières élections municipales en 1995 dans 33 communes urbaines. Les élections d’avril 2006 ont vu l’émergence de 302 communes rurales qui marque la communalisation intégrale du territoire. La coopération décentralisée doit donc s’adapter aux nouveaux enjeux de la démocratie locale et accompagner ces nouvelles communes à faire face à leurs nouvelles responsabilités.

Ainsi, l’action des collectivités du Nord, ne saurait, désormais, se limiter à une démarche humanitaire mais doit prendre la forme d’un véritable partenariat de territoire décliné en programmes pluriannuels de développement local, concentré sur un nombre limité d’actions et recherchant la complémentarité avec les autres acteurs : les politiques de l’Etat Burkinabé, les projets de coopération bi ou multilatéraux, les ONG, les autres collectivités...

JPEG

Aujourd’hui, 161 jumelages entre collectivités françaises et burkinabés sont répertoriés. Les interventions se concentrent essentiellement sur les domaines de la santé, de l’éducation, de l’hydraulique et plus récemment de l’appui institutionnel. Cet accompagnement spécifique tend à la hausse du fait du processus de décentralisation dynamique que connaît le Burkina Faso.

La répartition géographique de la coopération décentralisée s’avère très inégale. Les actions se focalisent globalement sur les principaux axes de communication.

JPEG

En outre, l’Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF) s’implique largement au côté des nouvelles communes et s’impose comme un acteur de premier plan dans l’accompagnement des actions de coopération décentralisée.

L’Ambassade de France, et plus particulièrement le SCAC se tient à la disposition des acteurs de la coopération décentralisée franco-burkinabé, pour les accompagner et les conseiller dans la mise en œuvre de leurs projets, cofinancés ou non par le Ministère des Affaires Etrangères.

Contact de la personne en charge de la coopération décentralisée

Julie CONVERSY
Chargée de mission Coopération Décentralisée et Décentralisation
Service de Coopération et d’Action Culturelle
Ambassade de France au Burkina Faso
(226) 50 49 66 48

E-Mail : Julie.CONVERSY@diplomatie.gouv.fr

Dernière modification : 29/03/2007

Haut de page