L’AFD appuie le développement du réseau électrique au Burkina Faso

L’AFD et la SONABEL ont signé une convention de financement relative à l’octroi d’un prêt concessionnel, d’un montant de 32 millions d’euros, soit 21 milliards de Fcfa, pour le raccordement électrique de plusieurs centres secondaires.

En présence de Monsieur Abdoukader CISSE, Ministre des Mines, des Carrières et de l’Energie, et de Monsieur Emmanuel BETH , Ambassadeur de France au Burkina FASO, Monsieur Bassirou OUEDRAOGO, Président du Conseil d’Administration de la SONABEL, et Monsieur Patrice TRANCHANT, Directeur de l’Agence Française de Développement au Burkina, ont signé, le 23 Novembre 2010, une convention de financement. Ce financement, d’un montant de 32 millions d’euros, soit environ 21 milliards de Francs CFA, apporté sous forme de prêt concessionnel à la SONABEL, permettra le raccordement de plusieurs centres secondaires (notamment Ouahigouya, Djibo et Dori) au réseau électrique principal ainsi que celui de nombreuses localités sur les axes Ouagadougou-Ouahigouya, Kaya-Dori et Kongoussi-Djibo.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie définie dans le Document Cadre de Partenariat (DCP) signé en mars 2006, qui a fait des infrastructures et de l’énergie l’un des trois secteurs de concentration de l’aide française au Burkina Faso, pour la période 2006-2010.

Ce financement poursuit l’accompagnement du développement de ce secteur par l’aide française, depuis plus d’une décennie, qui s’est décliné notamment au travers de :

- la réalisation au tout début des années 2000 de l’interconnexion avec le réseau ivoirien.
- la ligne de raccordement entre Bobo Dioulasso et Ouagadougou qui permet au plus grand centre national de consommation d’être relié au réseau ivoirien.

Ces financements soulignent et renforcent, si besoin était, la vision partagée de l’importance du secteur pour le développement économique du Burkina Faso, ainsi que la nécessité de plans ambitieux pour améliorer la couverture électrique des populations, tels que déployés par la SONABEL et le Fonds de développement de l’Electricité.

De manière opérationnelle, ce projet mettra en œuvre quatre composantes

1. Le composant « raccordement des centres secondaires au réseau principal » dans la continuité de la ligne électrique Bobo Dioulasso -Ouagadougou, incluant le raccordement à des localités non électrifiée. L’ensemble représentant près de 430 KM de lignes électriques.

2. La composante "accompagnement social " pour la compensation des personnes impactées par le projet. Ce point est majeur pour que les bénéfices du projet soient durables, partagés et au bénéfice de tous.

3. La composante "appui à la politique de subventionnement des branchements" pour démultiplier les effets et bénéfices du raccordement auprès des populations, bénéfices tant économiques que par la limitation des impacts environnementaux négatifs comme l’utilisation du bois de chauffe.

4. La composante" renforcement des capacités dans le domaine du photovoltaïque" par la création de deux projets pilotes pour permettre la création d’un savoir faire burkinabé dans ce domaine.

Ce projet de raccordement électrique des centres secondaires est donc un projet important en volume et réalisation. Il est en complète cohérence avec la politique énergétique du Burkina Faso et son plan d’action :

- le développement des interconnexions électriques avec les pays limitrophes.

- le raccordement des centres secondaires et isolés permettant un accès plus aisé à l’énergie électrique, porteur de satisfaction des besoins de la population, de progrès économique et d’amélioration environnementale.

- le développement d’énergies alternatives, notamment le photovoltaïque où là aussi des réflexions se font jour sur la mise en œuvre de partenariats publics privés.

L’Agence Française de développement poursuivra dans les années à venir, son appui à l’augmentation et la diversification de l’offre énergétique au bénéfice du Burkina Faso.

Dernière modification : 15/02/2011

Haut de page