L’AMBASSADEUR DE FRANCE VISITE LES ACTIVITES DU PAM DANS LA REGION DU SAHEL

L’objet de cette mission était de faire la connaissance des activités du PAM en matière de nutrition et de cantines scolaires dans la région.

Les membres de la mission ont été accueillis à Dori, par le Colonel Boureima Yiougo, Gouverneur de la région et ses plus proches collaborateurs, ainsi que par le personnel du Sous-bureau PAM de Dori.

Au cours d’un dîner offert par le Gouverneur de la région le 17 octobre 2011, l’Ambassadeur de France a souligné que la France demeurait un partenaire important du PAM. La contribution de la France aux activités du PAM au Burkina Faso, pour 2010– 2011, s’élèvait à un milliard de F CFA environ (en hausse de 50% cette année), dont 380 millions pour la région du Sahel. C’est la raison pour laquelle, a fait remarquer Monsieur l’Ambassadeur, il avait tenu à venir à Dori pour constater les réalisations du PAM au profit des populations bénéficiaires. L’ambassadeur Emmanuel BETH a remercié le gouverneur de la région pour son accueil, ainsi que pour les dispositions que les autorités burkinabè avaient prises, en particulier sur le plan logistique, pour le bon déroulement de cette mission.
JPEG
Le lendemain les membres de la mission ont visité tour à tour :
-  les magasins du PAM au niveau de Dori,
-  le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Dori,
-  l’école primaire publique de Kampiti (à 6 km de Dori)
-  le CSPS de Katchirga (16 km de Dori)
-  l’école primaire publique de Dori « D ».

A toutes ces étapes, l’accueil des populations a été enthousiaste et chaleureux. Dans toutes les structures visitées, des informations relatives aux activités de nutrition et de cantines scolaires ont été données aux membres de la mission. A chaque fois M. l’ambassadeur a saisi l’occasion pour rappeler que la France était un partenaire important du PAM qui utilisait, à bon escient, les fonds mis à sa disposition pour venir en aide aux populations rurales.

A l’issue de la visite des magasins de stockage des denrées alimentaires du PAM à Dori, d’une capacité totale de 1 000 tonnes, S. E. M. l’Ambassadeur a apprécié positivement la manière dont les stocks étaient entreposés et gérés.

JPEG

Au niveau des deux CSPS, la délégation a porté un intérêt tout particulier aux activités de nutrition mises en œuvre avec l’appui du PAM, qui consistent à fournir des aliments fortifiés aux enfants malnutris de 6 à 59 mois et aux femmes enceintes et allaitantes malnutries.
JPEG
La délégation a constaté des cas de malnutrition d’enfants. L’ambassadeur de France et la Directrice du PAM ont notamment recueilli les témoignages de mères dont les très jeunes enfants étaient visiblement malnutris et sous-alimentés. Ces mères avaient parcouru jusqu’à 12 km depuis leur village, pour venir au CCPS avec l’espoir de leur redonner une meilleure santé grâce à la farine enrichie fournie par le PAM.
JPEG
Dans les écoles visitées, le PAM a tenu à rappeler que son intervention au niveau de toutes les cantines consistait à fournir une assistance alimentaire aux élèves sous forme de bouillie enrichie pour le petit-déjeuner, et d’un repas composé de couscous de farine de maïs, de haricot local, d’huile et de sel. Il est à noter que la teneur de cette alimentation est presque identique aux protéines animales. En plus de ces repas, des rations sèches de vivres sont servies aux filles des classes de CM1 et CM2 pour encourager leur fréquentation scolaire.
JPEG
A l’école Dori « D », M. Yssouf Maiga, président de l’Association des parents d’élèves (APE), s’est exprimé en disant : « la cantine est une activité très importante pour les enfants du Sahel. Non seulement elle permet aux enfants de bien se nourrir, mais aussi d’aller à l’école. Dans une ville comme Dori, le problème de l’alimentation se pose moins que dans les villages où la cantine permet une bonne fréquentation scolaire des enfants. Certains parents sont totalement démunis et il y a des enfants pour lesquels le repas quotidien n’est pas assuré de façon régulière. Toutefois, consciente que l’assistance du PAM ne pourrait demeurer indéfiniment, l’APE est en train de réfléchir sur les moyens d’assurer la relève de l’alimentation sous forme de cantines endogènes.

S’adressant aux élèves, Monsieur l’Ambassadeur les a encouragés à bien étudier car cela était très important pour leur avenir, pour le développement de leurs villages et du Burkina Faso. Aux parents, Monsieur l’Ambassadeur s’est dit ravi de constater que les enfants s’alimentaient bien à l‘école. Il était important, a-t-il ajouté, que les enfants profitent de l’appui alimentaire, non seulement à l’école, mais aussi au niveau des CSPS parce qu’avec la Directrice du PAM, il venait de voir des enfants malnutris. Il fallait donc que les mères et les pères continuent à s’impliquer en envoyant leurs enfants à l’école et au CSPS . L’ambassadeur Emmanuel BETH a ainsi exhorté les populations à scolariser tous les enfants. Il a également félicité le personnel de santé et les enseignants pour leur engagement aux côtés des populations.
JPEG

A la fin de la mission, l’Ambassadeur de France a déclaré que ces visites avaient été d’un intérêt certain pour lui et sa délégation. Il a exprimé sa grande satisfaction et ses remerciements à la Directrice du PAM et à ses collaborateurs pour l’excellent travail qu’ils menaient au profit des populations rurales au Burkina Faso.

Il est à souligner que l’assistance du PAM dans la région du Sahel couvre 691 écoles pour les activités de cantines scolaires, 74 CSPS et 12 sites communautaires pour les activités de nutrition et 4 associations/groupements d’agriculteurs pour les activités de développement rural dans le contexte du changement climatique.

Dernière modification : 16/06/2015

Haut de page