La France soutient l’Autorité du Bassin de la Volta

Le Mercredi 18 Août 2010, à Ouagadougou, M. Laurent Sedogo, Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques du Burkina Faso, Président p.i. du Conseil des Ministres de l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV), M. Patrice Tranchant, Directeur de l’Agence Française de Développement au Burkina, et M. Didier Maze, chargé d’affaires a.i. à l’Ambassade de France au Burkina Faso, ont signé une convention de financement attribuant une subvention de 450 000 euros (environ 295 millions FCFA) à l’ABV pour contribuer au renforcement de ses capacités.

Ce financement octroyé par l’Agence Française de Développement (AFD) permettra, d’une part, de prolonger de deux (2) ans, à compter de septembre 2010, une assistance technique financée par la France depuis Septembre 2008 auprès de la Direction Exécutive de l’ABV, et, d’autre part, de contribuer à un fonds de coordination des activités des organismes de bassin transfrontalier, ainsi qu’au développement de partenariats nord/sud et sud/sud pour améliorer la gouvernance de l’eau, la gestion des ressources en eau, et l’entretien des infrastructures hydrauliques.

Au travers de ce projet, l’ABV sera appuyée dans son processus de consolidation institutionnelle et de déploiement de ses activités ; cette aide inclue un appui technique aux cadres de l’ABV, un appui à l’amélioration de ses performances et un accompagnement dans son processus d’opérationnalisation, ainsi qu’un appui à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques à l’échelle du bassin.

L’appui aux organismes de bassin transfrontaliers, et plus largement la gestion intégrée des ressources en eau, est une priorité de l’intervention française dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Elle se décline sous les axes du renforcement des capacités des organismes tels que l’ABV et d’une meilleure connaissance des ressources en eau.

Il faut également souligner que la France a soutenu l’Autorité du Bassin de la Volta depuis le début du processus de sa création en 2004 et jusqu’à aujourd’hui. Ce soutien s’est notamment caractérisé par un appui à l’élaboration des textes constitutifs de l’Autorité (protocole d’accord, Convention de bassin, statuts) et une participation, à hauteur de 40 000 euros (26 millions FCFA) au financement des premières activités d’installation de l’ABV, dont le siège est à Ouagadougou. Aujourd’hui, au travers du financement du Fond Français pour l’Environnement Mondial (FFEM), la France contribue aussi aux projets « Volta Hycos », système d’observation hydrologique du bassin de la Volta (1 M euros soit 656 millions FCFA) et « Observatoire des ressources en eau et milieux associés » (1,2 M euros soit 790 millions FCFA).

Dernière modification : 15/02/2011

Haut de page