Le rôle du SCAC

Le Burkina Faso est un pays stable depuis de nombreuses années où la démocratie progresse et où les autorités politiques se montrent à l’écoute de la communauté des bailleurs de fonds internationaux. De ce fait de nombreux partenaires techniques et financiers (PTF) se pressent auprès de ce pays pour mettre en œuvre l’ensemble des instruments de l’aide internationale (aide projet, aide programme, aide sectorielle, aide budgétaire...) sans compter la coopération décentralisée et les organisations de solidarité internationale.

De ce fait le Burkina Faso est devenu la vitrine et le laboratoire de l’aide internationale en Afrique francophone, occupant une position analogue à celle, en Afrique anglophone du Ghana ou en Afrique lusophone du Mozambique.

JPEG

Dans ce contexte le rôle du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC), est primordial. Il est chargé, sous l’autorité de l’ambassadeur et dans le cadre de son plan d’action, d’une mission de définition stratégique, de conception, de mise en œuvre et d’animation des actions de coopération civile dans les domaines prédéfinis par le Document Cadre de Partenariat (DCP). De plus, le SCAC assure la tutelle des différents opérateurs de la coopération française (Agence Française de développement, CulturesFrance, EduFrance...). Il est présent dans les forums de discussion, aux diverses coordinations des bailleurs, au secrétariat technique de l’efficacité de l’aide et d’assurer le suivi macro-économique.

L’action de ce service s’inscrit dans deux cadres.

  • Un général qu’est le Cadre Stratégique de Lutte contre la pauvreté (CSLP) dont les quatre axes stratégiques s’articulent autour de 4 grands thèmes :
    • Accélérer la croissance et la fonder sur l’équité
    • Garantir l’accès des pauvres aux services sociaux de base et à la protection sociale
    • Elargir les opportunités d’emploi et d’activités génératrices de revenu pour les pauvres dans l’équité
    • Promouvoir la bonne gouvernance
  • Un cadre particulier qu’est le Document Cadre de Partenariat, qui fixe les grandes orientations de la coopération française pour les quatre prochaines années. Le DCP s’articule autour de trois secteurs principaux :
    • Infrastructures
    • Education
    • Hydraulique

Et trois secteurs transversaux :

  • Appui institutionnel aux valeurs régaliennes de l’Etat (Justice, sécurité, finances et décentralisation)
  • Diversité culturelle et francophonie.
  • Enseignement supérieur et recherche.

La France est le premier bailleur de fonds bilatéral du Burkina Faso, son apport représente plus de 300 millions d’euros sur 4 ans (2006-2010) repartis dans plusieurs secteurs.

GIF

L’effectif du SCAC est de 12 personnes. Il héberge également le Bureau de la formation continue du 1er degré d’Afrique Centrale qui est composé de 3 personnes de l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger)

De plus 58 assistants techniques et volontaires internationaux, dépendant directement du service de coopération et d’action culturelle sont répartis sur le terrain au sein des ministères, institutions, universités...

Dernière modification : 29/03/2007

Haut de page