Message de l’Ambassadeur de France 09/01/2015

Mes chers compatriotes,

J’aurais voulu m’adresser à vous en ce début d’année pour vous souhaiter les traditionnels vœux de bonheur, de santé et de prospérité, après l’année 2014 notamment marquée par l’accident du vol Air Algérie 5017.

L’actualité immédiate nous renvoie au tragique attentat au siège du journal Charlie Hebdo qui a choqué, à juste titre, un grand nombre d’entre vous.

C’est une atteinte insoutenable à la liberté d’expression et aux valeurs de notre pays.

Cette ambassade reçoit depuis deux jours, de toute nationalité et obédience confondues, des témoignages touchants de compassion à l’égard des familles des victimes et du peuple français.

Je sais que certains d’entre vous auraient souhaité organiser un rassemblement public en hommage aux victimes. Pour des questions de sécurité, cela ne sera pas possible.

En revanche, j’ai décidé d’ouvrir une adresse spécifique sur le site de l’ambassade de France :
« Je suis Charlie » : je-suis-charlie.ouagadougou-amba@diplomatie.gouv.fr
qui permettra à chacun d’entre vous d’exprimer vos condoléances, qui seront ultérieurement communiquées aux familles endeuillées.

J’aimerais toutefois vous rappeler à cette occasion les indispensables consignes de vigilance :

- I- Règles générales

-  réduire sa propre vulnérabilité sur la voie publique (par exemple éviter de rester trop longtemps devant des établissements recevant du public, restaurants, hôtels) ;
-  éviter de circuler à pied et en cyclomoteur, de manière isolée, après le coucher du soleil ;
-  se montrer discret dans ses déplacements et son comportement général dans les lieux publics ; ne pas donner d’indication sur ses déplacements à des personnes extérieures à son environnement habituel ;
-  verrouiller portes et fenêtres des véhicules ;
-  signaler au consulat tout incident, ainsi que vos déplacements dans le pays ;
-  se signaler aux forces de sécurité locale en cas de séjour à l’extérieur de Ouagadougou ;
-  S’assurer de la sécurisation de son lieu d’habitation pour éviter les intrusions ;
-  Il est conseillé d’avoir recours à un gardien pour son lieu d’habitation ;
-  Varier les itinéraires pour vos déplacements habituels pour décourager tout repérage éventuel.
-  En toutes circonstances, adopter une attitude respectueuse envers les personnes.

- II- Règles spécifiques aux établissements scolaires à Ouagadougou :

Les dispositions suivantes sont prises, avec effet immédiat :

- 1- positionnement de gendarmes Burkinabè et « barriérage » sur les deux sites ;

- 2- règles de stationnement :

Ecole primaire :
Côté OMS :
- Stationnement interdit le long du mur de l’école.
- Utilisation du rond point pour une dépose minute : les enfants descendent, le véhicule repart. Pour la reprise : garer le véhicule à l’écart de l’école, venir à pied chercher l’enfant avant de rejoindre sa voiture.
Côté UEMOA :
- Interdiction de s’arrêter ou stationner en double file.
Lycée :
- Interdiction de se garer aux abords immédiats du lycée : les élèves sont « déposés-repris » suivant une logique de « dépose-minute ».

- 3- Circulation à sens unique devant l’entrée principale du lycée.

- 4- Autres dispositions à caractère impératif :

-  Il est demandé aux accompagnateurs (familles, chauffeurs) de réduire les temps de « dépose – reprise » des enfants de manière à fluidifier les mouvements devant les entrées de l’école et du lycée.

-  Il n’est pas souhaitable que les élèves « stagnent » ostensiblement devant et aux abords de l’école ou du lycée : il est nécessaire qu’ils soient pris en charge dès leur sortie de cours.

-  Les collégiens et lycéens seront d’autant plus en sécurité qu’ils ne resteront pas longtemps dans la rue (près ou loin du lycée). Ils sont donc invités (hors les pauses méridiennes) à rester dans l’enceinte de l’établissement pendant les heures libres des matinées et des après-midis.

La sécurité est l’affaire de tous : attirer l’attention de vos proches, de vos enfants et de vos employés (notamment les chauffeurs), sur les éléments développés ci-dessus vous appartient. Une vigilance solidaire, exercée et partagée, permettra à chacune et chacun de continuer de vivre sereinement cette période difficile.

Gilles Thibault
Ambassadeur de France au Burkina Faso

Dernière modification : 09/01/2015

Haut de page