Mission militaire : Ecole Militaire technique de Ouagadougou

A. Généralités :

JPEG - 8.9 ko

L’école Militaire Technique de Ouagadougou appartient au réseau des 15 Ecoles Nationales à Vocation Régionale (ENVR) que la France soutient sur le continent africain.
Sa mission est unique en son genre. Reposant sur un véritable partenariat franco burkinabé, elle est chargée de former des spécialistes de la maintenance depuis sa création (janvier 2000) et des experts de la logistique opérationnelle depuis juin 2008. La formation est dispensée au profit de 21 pays abonnés, dont 3 d’entre eux sont de culture non francophone (l’Angola, la Gambie et la Guinée Equatoriale). Les 18 pays francophones sont essentiellement localisés en Afrique de l’ouest, mais également en Afrique centrale ou encore dans une moindre mesure, dans la partie est du continent africain.

JPEG - 11.6 ko

Après 10 ans d’expérience, l’EMTO a atteint une réelle maturité et aspire à prendre une nouvelle dimension dans le cadre d’un projet multinational. En effet, l’école souhaite inscrire ses perspectives en participant dans le domaine de la formation, à la montée en puissance des Forces Africaines en Attente en général et celle du bataillon logistique de la brigade de la CEDEAO en particulier.
L’EMTO est implantée sur trois emprises au sein du camp Guillaume OUEDRAOGO, lui-même situé au centre ville de Ouagadougou.

JPEG - 36.3 ko

Deux bâtiments destinés au logement permettent d’accueillir 60 sous-officiers (bâtiment crée en 2000) et 32 officiers (bâtiment créé en 2006). Un 3°bâtiment (de 32 places) pour les officiers assurera une capacité d’hébergement de 124 stagiaires en instantané.
L’infrastructure du mess offre la possibilité d’assurer les repas de 80 stagiaires au cours d’un même service.
Au regard des salles d’instruction et des moyens pédagogiques, les promotions se composent de 20 stagiaires.

B. Formation :

L’EMTO forme des spécialistes de la maintenance et des experts de la logistique opérationnelle.

1 - Les stages de la maintenance sont les suivants :

- le stage des officiers de maintenance des corps de troupe (stage réservé aux officiers),
- les stages (réservés aux sous-officiers) visant à l’obtention du Certificat Technique du 1° et 2°degré (CT1 et CT2) dans les spécialités relatives à :
- la Maintenance des Matériels de Transmissions (MMT),
- la Maintenance des Matériels de Commutation Téléphonie (COMTEL),
- la Maintenance des Automobiles et des Génératrices (MAG),
- la Maintenance de l’Armement Petit Calibre (APC),
- la Gestion des Matériels et des Approvisionnements (GMA).

2 – Les stages de la logistique opérationnelle sont :

- les stages visant à l’obtention de la Qualification Logistique du 1°degré (QL 1),
- les stages visant à l’obtention de la Qualification Logistique du 2nd degré (QL2)

JPEG - 10 ko

2008 demeure le millésime qui marque l’histoire de l’EMTO.

En effet, dans le cadre du projet bilatéral franco burkinabé, le nombre de formations a augmenté. 8 stages ont été réalisés au profit de plus de 140 stagiaires issus de 17 nationalités. Par ailleurs, les CT2 APC et GMA ont connu leur première promotion ainsi que les stages de logistique opérationnelle QL1 et QL2. Enfin, les prémices de l’évolution de l’EMTO apparaissent.

Les caractéristiques des stages garantissent une formation de qualité.

Le programme des stages s’inspire des formations de trois écoles militaires françaises : l’Ecole Supérieure et d’Application du Matériel (ESAM) de Bourges, l’Ecole Supérieure et d’Application des Transmissions (ESAT) de Rennes et l’Ecole de la Logistique et du Train (ELT) de Tours. Véritables « maisons mères » pour l’EMTO, elles apportent l’architecture des programmes que l’encadrement franco burkinabé a adapté aux réalités africaines, en tenant compte notamment des matériels utilisés dans les différents pays abonnés à l’école

JPEGLa formation est conduite par les cadres burkinabé.

La responsabilité incombe à la Partie burkinabé qui bénéficie cependant du soutien de la Partie française avec des conseillers permanents et un renforcement ponctuel de Coopérants Militaires Techniques (CMT). 2 officiers assurent une mission de longue durée (séjour d’une durée de deux ans). Pour certains stages, un CMT renforce le pool des instructeurs. C’est le cas pour les domaines de la gestion des matériels et des approvisionnements, la maintenance de l’armement petit calibre et les qualifications logistiques. Ces cadres français rejoignent le Burkina Faso pour la durée du stage, soit une période variant de 2 à 4 mois.

JPEG - 9.2 ko
JPEG - 11.3 ko

La durée des stages varie de 6 semaines à 6 mois.

-  Les stages logistiques : 6 semaines,
-  Le stage des officiers de maintenance des corps de troupe : 12 semaines,
-  Les stages visant à l’obtention du Certificat Techniques du 1°degré :
-  Maintenance des Matériels de Télécommunication : 25 semaines,
-  Maintenance des Matériels de Commutation Téléphonie : 25 semaines,
-  Maintenance Automobiles et Génératrices : 25 semaines,
-  Maintenance de l’ Armement Petit Calibre : 14 semaines,
-  Gestion des Matériels et des Approvisionnements : 8 semaines.
-  Les stages visant à l’obtention du Certificat Technique du 2nd degré :
-  Maintenance des Matériels de Télécommunication : 22 semaines,
-  Maintenance des Matériels de Commutation Téléphonie : 22 semaines,
-  Maintenance Automobiles et Génératrices : 22 semaines,
-  Maintenance de l’ Armement Petit Calibre : 15 semaines,
-  Gestion des Matériels et des Approvisionnements : 9 semaines.

JPEG - 21.8 ko

C. Les conditions d’admission :

L’accès à cette école de formation technique est soumis à des conditions.

- Pour les stages réservés aux officiers :

- Répondre aux près requis,
- Etre reconnu apte physiquement par un médecin militaire,
Pour le stage d’Officier de Maintenance, être S/LT, LTN ou CNE et ne pas avoir suivi le Cours de Formation des commandants d’Unité. Ces officiers doivent appartenir à une arme technique et occuper ou avoir récemment occupé un poste dans la maintenance.
- Pour les stages QL1, être officier subalterne,
- Pour les stages QL2, être officier supérieur et détenir le DEM ou la QL1.

- Pour les stages ouverts aux sous-officiers :

- Satisfaire aux tests écrits de sélection,
- Etre sous-officier (les militaires du rang sont autorisés à suivre les stages délivrant le CT1),
- Ne pas dépasser la limite d’âge : 34 ans pour le CT1 et 42 ans pour le CT2,
- Au minimum, être titulaire du BEPC ou d’un diplôme équivalent,
- Avoir une bonne connaissance de la langue française,
- Avoir occupé un poste dans la spécialité demandée au cours des 24 derniers mois,
- Dans le cas d’une candidature à un CT1, détenir le CTE ou un niveau équivalent dans la spécialité ou avoir des connaissances scolaires équivalentes,
- Dans le cas d’une candidature à un CT2, détenir le CT1 de la spécialité demandée.
JPEG

D. Bilan des formations depuis la création de l’école :

Au 31 décembre 2009, l’EMTO aura dix ans d’expérience. Le bilan du personnel formé est de rigueur.

60 stages ont été réalisés depuis la création de l’école.
JPEG
2 stages de Qualification Logistique du 1er degré au profit de 32 stagiaires issus de 14 pays,
1 stage de Qualification Logistique du 2nd degré au profit de 16 stagiaires issus de 10 pays,
9 stages « officier de maintenance des corps de troupe » au profit de 153 stagiaires provenant de 17 pays,
6 stages CT1 MMT au profit de 72 stagiaires issus de 15 pays,
5 stages CT1 COMTEL au profit de 65 stagiaires issus de 15 pays,
7 stages CT1 MAG au profit de 104 stagiaires issus de 17 pays,
6 stages CT1 APC au profit de 98 stagiaires issus de 16 pays,
5 stages CT1 GMA au profit de 86 stagiaires issus de 16 pays,
5 stages CT2 MMT au profit de 63 stagiaires issus de 16 pays,
5 stages CT2 COMTEL au profit de 54 stagiaires issus de 13 pays,
6 stages CT2 MAG au profit de 92 stagiaires issus de 14 pays,
2 stages CT2 APC au profit de 34 stagiaires issus de 10 pays,
1 stage CT2 GMA au profit de 20 stagiaires issus de 10 pays.

Ainsi, 917 stagiaires (dont 12 personnels féminins) représentant 21 nationalités africaines ont été formés à l’EMTO et 889 ont été diplômés, soit un taux de réussite de 97% sur une période de 10 ans.

E. Les perspectives de l’EMTO.

JPEGAprès dix ans d’expérience, l’Ecole Militaire Technique de Ouagadougou (EMTO) est un projet bilatéral franco burkinabé qui a atteint une réelle maturité. L’Union Africaine (UA), l’Union Européenne (UE), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Direction de Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD) sont unanimes pour la reconnaître. Elles classent d’ailleurs l’EMTO parmi les candidats au cercle restreint des pôles d’excellence, contribuant dans le domaine de la formation, à la montée en puissance des Forces Africaines en Attente en général et de la Brigade de la CEDEAO en particulier.

Les perspectives de l’EMTO sont ambitieuses mais pragmatiques. Par ailleurs, quelle que soit sa nature, l’évolution de l’EMTO ne remet pas en cause les principes fondamentaux du partenariat franco burkinabé relatif au projet.

Placées dans le contexte de l’évolution de la formation au niveau de la sous région, les perspectives de l’EMTO doivent prendre en considération les réflexions et les orientations des différentes parties prenantes mentionnées supra, pour s’inscrire dans la réalisation d’un effet majeur pragmatique, en adéquation avec la politique de ses partenaires.

Afin que l’EMTO bénéficie d’une nouvelle dimension continentale dans son domaine d’expertise pour répondre en particulier à l’attente de la CEDEAO dans le domaine de la formation, tout en conservant son identité et ses spécificités vis-à-vis des institutions voisines, l’école vise à :

-  être intégrée dans le cercle restreint des pôles d’excellence (reconnaissance de son statut de centre de formation régional),
-  modifier son assise juridique pour acquérir une certaine autonomie de gestion en demeurant toutefois sous la tutelle du ministère de la Défense
-  susciter l’adhésion des pays et organismes qui pourraient contribuer (par le biais d’un financement) à la bascule du socle bilatéral vers un projet multinational,
-  poursuivre les efforts entrepris pour répondre aux critères d’évaluation des partenaires, en élargissant notamment le spectre de la formation au bilinguisme.

F. Coordonnées de l’EMTO :

EMTO 01 BP 1799 Ouagadougou 01
Tél : 00 226 50 33 21 87
FAX : 00 226 50 33 25 74
Mail : ecolemt@lfasonet.bf

Dernière modification : 23/04/2010

Haut de page