Projet d’appui au réseau des bibliothèque de lecture publique au Burkina

Prenant conscience que la lecture publique est un vecteur d’accès au savoir , d’information et de vulgarisation culturelle, le Ministère de la culture, des arts et du tourisme (MCAT) a adopté une stratégie visant à permettre l’accès des plus défavorisés notamment en province, aux livres et au savoir. Ce projet lecture publique s’inscrit dans une politique plus générale de lutte contre la pauvreté telle que définie dans la dernière édition du Cadre Stratégique de lutte contre la pauvreté.

Ce projet est une réponse à la demande des autorités burkinabé, faite à la France lors du Xeme Sommet de la Francophonie de Ouagadougou en Novembre 2004, de création d’une Grande bibliothèque régionale de la Francophonie. L’étude menée par la Bibliothèque Nationale de France avait préconisé de ne pas donner suite à cette requête. En contrepartie, la France s’est engagée à soutenir un programme de lecture publique.

Préparé en étroite concertation avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF),ce qui constitue une première, ce nouveau projet d’un million d’euros sur trois ans, a pour objectif principal de densifier le réseau des bibliothèques issues de la fusion des Centres de Lecture et d’Action culturelle (CLAC) de l’ex-AIF et des bibliothèques de lecture publique de la coopération française, et d’accompagner la politique nationale du livre en donnant au Centre National de Lecture et d’Action Culturelle (CENALAC), récemment créé, les moyens d’assurer sa mission de coordination des bibliothèques municipales, de formation des bibliothécaires et de fédération des actions de lecture publique, y compris celles issues de la coopération décentralisée.

Ce projet vient en appui au Programme Décennal de Développement de l’Education de Base (PDDEB), fortement soutenu par la France qui en est le premier bailleur de fonds, en permettant l’accès des plus défavorisés, notamment en province, aux livres et aux savoirs, et en contribuant ainsi, par un meilleur usage et une plus grande maîtrise du français, à l’amélioration de la qualité des enseignements.

Ce projet de divise en 3 composantes principales se subdivisant ensuite :

Composante 1 : Appui institutionnel à la politique du livre.
_Cette composante concerne la création et la mise en place (formation du personnel, commande de livre....) du CENALAC

Composante 2 : Développement des bibliothèques de lecture publique : soutien à 50 bibliothèques départementales et amélioration des performances.
_Cette composante consiste à la création d’une bibliothèque pilote à Ouagadougou, mise en place des tableaux de bord...)

Composante 3 : Management du projet
_Cette composante concerne la communication, la gestion et l’administration du projet

Dernière modification : 29/03/2007

Haut de page