SIST

SIST : (Système d’information scientifique et technique), Aide à la structuration et au développement des systèmes d’information et de communication dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Afrique et à Madagascar.

La recherche africaine, encore balbutiante dans de nombreux pays, est largement absente du paysage scientifique international. Pourtant sa production et ses résultats constituent un apport indispensable à la recherche internationale dans un monde globalisé où les problèmes de la planète sont essentiellement localisés au Sud et où le développement durable se pose avant tout en termes de répartition des richesses. On constate que ce patrimoine scientifique est le plus souvent dispersé en raison notamment des cloisonnements sectoriels entraînant une déperdition des connaissances, des redondances dans les actions et des gaspillages financiers. Il pâtit également, en terme de visibilité, de la faiblesse des infrastructures, des coûts des connexions et de l’accès à l’information scientifique qui renforcent l’isolement de la recherche africaine.

En situant ses interventions au niveau régional, ce projet vise à fournir des outils favorisant l’intégration de la recherche africaine dans les réseaux internationaux. Il participe à la réduction du déficit des pays du Sud en matière de valorisation et de diffusion des résultats des recherches qu’ils conduisent. Il répond également au souci de les aider à sortir de logiques trop exclusivement nationales, en favorisant les échanges aux niveaux sous-régional et régional. D’autre part, il vient s’ajouter aux appuis visant à réduire la fracture numérique et la fracture technologique, qui comptent parmi les fondements des inégalités entre le Nord et le Sud.

L’objectif est de promouvoir une dynamique de développement des échanges d’informations scientifiques et technologiques en Afrique, en construisant un réseau avec un certain nombre de pays de la Zone de Solidarité Prioritaire et en s’appuyant sur les équipes et institutions de recherche existantes.

Fruit d’un travail conjoint d’experts français et africains, ce projet contribue à la structuration et au développement des systèmes d’information et de communication de la recherche africaine. En s’appuyant sur ces nouveaux outils, il encourage la production et la diffusion d’informations scientifiques et techniques (internationales, régionales et nationales). Enfin, l’accès à ces produits d’information et de communication servira au développement de réseaux thématiques régionaux afin de permettre aux chercheurs africains de développer leurs propres capacités d’analyse et d’expertise sur des grands sujets de la recherche au service du développement durable (santé, ressources renouvelables, agronomie, sciences humaines et sociales,...).

En fin de projet, un Système d’Information Scientifique et Technique (SIST) fonctionnera dans 12 pays, la disponibilité d’informations en ligne aura ainsi été multipliée au moins par 10 (de 0,02 à 0,2% de la part mondiale) et 5 réseaux régionaux sur des thématiques communes auront été créés. Des compétences auront été développées et des cellules nationales de veille seront opérationnelles pour produire des services a valeur ajoutée assurant la pérennité du projet.

Comité d’orientation et de décision pays.
Au Burkina Faso, le projet SIST est piloté par un Comité d’Orientation et de Décision Pays dont les compétences sont les suivantes :

-  Décisions sur les orientations stratégiques du projet dans le pays ;
-  Validation des choix du pays pour les systèmes retenus ;
-  Sélection des thèmes prioritaires ;
-  Suivi des actions de formation et de circulation de l’information ;
-  Par ailleurs, le CODP « appuie les actions régionales de partenariat et les concrétise, dans la mesure du possible, par des accords gouvernementaux ».
Le CODP Burkina Faso est composé de :
-  M. Joachim Tankoano, Délégué Général à l’Informatique ;
-  M. Zoumbiessé Tamini, Directeur général de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au Ministère des enseignements secondaires, supérieurs et de la recherche scientifique (MESSRS) ;
-  M. Moussa Ouedraogo, Directeur de l’Information Scientifique et Technique au Centre National de la recherche scientifique et technologique (CNRST) ;
-  Mme Thérèse Hien, conservateur à l’Institut de l’environnement et des recherches agricoles (INERA, CNRST) ;
-  M. Sanogo, responsable des nouvelles technologies au CNRST ;
-  1 représentant de l’Université Polytechnique de Bobo Dioulasso ;
-  M. Oumarou Sié, Directeur de la Direction de la promotion des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication à l’Université de Ouagadougou ;
-  M. Karfa Traoré, Directeur du Centre de Pédagogie Universitaire, Université de Ouagadougou ;
-  M. Albert Ouedraogo, Directeur des innovations pédagogiques à l’Université de Ouagadougou ;
-  M. Serge Balima, Professeur à l’Université de Ouagadougou, membre du Comité scientifique du SIST ;
-  M. Jacques de Monès, attaché culturel, ambassade de France ;
-  M. Jean-Pierre Guengant, représentant au Burkina Faso de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) ;
-  M. Jacques Pagès, directeur général au Burkina Faso du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ;
-  Mme Marie-Hélène Le Goff, directrice du Campus numérique francophone de Ouagadougou (Agence Universitaire de la Francophonie, AUF) ;
-  M. Daniel Payot, assistant technique en charge de l’enseignement supérieur.

Retour - GIF

Dernière modification : 13/01/2005

Haut de page