Service de sécurité intérieure

JPEG

Ambassade de France - Ouagadougou

Adresse postale : SCTIP 01 BP 626 Ouagadougou 01.
Tél. : (226) 25.30.67.74
Fax. : (226) 25.30.59.40

Heures d’ouverture : 8h - 12 h et 15h - 17h 30

Composition

Personnel service du Service de Sécurité Intérieure de la Direction de la Coopération Internationale (DCI) :

Jean-Pierre TORRANO, commissaire divisionnaire de police, attaché de sécurité intérieure ;

Laurence OUEDRAOGO, assistante ;

Personnel coopération :
Gilles ANCEL, commandant de police, assistant technique, conseiller auprès du Directeur Général de la Police Nationale.

Eric SEGURA, capitaine de police, assistant technique, conseiller sécurité - immigration.

Personnel coopération gendarmerie :
Eric BICHAUD, Chef d’Escadron de gendarmerie, chef du projet gendarmerie.

Christophe DORE, Chef d’Escadron de gendarmerie, assistant technique.

Personnel coopération sécurité civile :
Nicolas MEYNARD, commandant sapeur-pompier, conseiller technique auprès du chef de corps de la brigade nationale des sapeurs-pompiers.
Yannies DESTABLE, Commandant Sapeur-pompier, assistant technique, Directeur des Etudes à l’Institut Supérieur d’Etudes et de la Protection Civile (ISPEC)

Présentation générale

Placé sous l’autorité du directeur général de la police nationale, Direction de la Coopération Internationale (D.C.I.), l’une des directions actives de la police nationale (aux côtés de la police judiciaire, de la sécurité publique, des renseignements généraux.......) dont la mission consiste :

à développer une coopération opérationnelle devenue prioritaire grâce à des échanges permanents d’informations à travers le réseau des Attachés de sécurité intérieure.
à mettre en œuvre l’action internationale de la Police Nationale. Dans ce domaine le service de sécurité intérieure (S.S.I.) contribue directement à la sécurité intérieure de la France en aidant chacun des Etats partenaires à parfaire les conditions de sa propre sécurité.

Un développement rapide Créé par Décret du 14 Décembre 1961, au moment de la mise en œuvre du processus de décolonisation en Afrique, afin d’apporter l’assistance des cadres de la police française aux Etats nouvellement indépendants, le S.C.T.I.P. a connu une évolution profonde et rapide à partir des années 80. Son champ géographique de coopération s’est d’abord élargi à des pays d’Afrique anglophone et lusophone, d’Amérique latine, d’Europe centrale et orientale, à certains Etats arabes et du Moyen Orient. Son action s’est ensuite orientée vers la recherche d’un réel partenariat opérationnel, dans le respect des principes de souveraineté nationale et de non-ingérence, ce qui a favorisé l’émergence d’une coopération d’échange et non plus de substitution comme cela fut parfois le cas antérieurement. La coopération internationale de police se traduit par des échanges d’informations dans un certain nombre de secteurs prioritaires pour la sécurité intérieure tels que le terrorisme, le trafic de drogue, l’immigration irrégulière, la criminalité organisée. Il importe, en effet, que l’action internationale de police réponde d’abord aux exigences de sécurité du pays et permette de riposter aux menaces multiformes de la criminalité organisée internationale. Cette coopération développe également des activités de conseil et de formation.

Organisation de la D.C.I.

La D.C.I., qui gère un peu plus de 400 fonctionnaires, est composée :
d’un service central situé à Nanterre
d’un réseau à l’étranger comportant 97 délégations permanentes placées sous l’autorité d’un Attaché de Sécurité intérieure qui est le conseiller de l’Ambassadeur pour les questions de sécurité et l’interlocuteur technique des autorités locales de police. L’attaché de Sécurité intérieure dispose du statut diplomatique.

La coopération dans le domaine de la sécurité intérieure est principalement axée sur 2 projets FSP d’Appui à la formation des forces de sécurité en Afrique "AFORMA" et Appui à la sécurité Aérienne en Afrique "ASACA"

Protection civile

La coopération avec la Brigade Nationale des Sapeurs Pompiers, se traduit par un FSP mobilisation d’Appui à la Protection Civile en Afrique "APCA" qui consiste à renforcer la formation de ces unités.

Par ailleurs, l’Institut Supérieur d’Etudes de la Protection Civile "ISEPC" qui a ouvert ses portes officiellement le 2 octobre 2012, est un projet qui est accompagné par la coopération française qui assure son financement et qui a mis à disposition un coopérant en tant que directeur des études. Cet institut est chargé de former les officiers de la protection civile des pays de l’Afrique de l’ouest, ainsi que les cadres et décideurs administratifs en matière de risques majeurs.

GIF

Dernière modification : 15/12/2014

Haut de page