Soutien au FESPACO

Un important élan de solidarité s’est immédiatement manifesté. Une mission de l’OIF s’est déplacée, suivie peu de temps après d’une mission du Centre national de cinématographie et finalement, une dernière mission organisée à l’initiative de CULTURESFRANCE.

Celles-ci étaient annonciatrice du souhait de CULTURESFRANCE d’apporter son soutien à la cinémathèque de Ouagadougou. A travers la Cinémathèque Afrique dont elle a la responsabilité depuis 2007, CULTURESFRANCE conserve l’une des collections les plus complètes de films africains aidés en production par la Coopération Française depuis les années 60.

L’accord signé le 6 novembre en présence du directeur de Culturesfrance, M. Olivier Poivre d’Arvor, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, M. François Goldblatt, l’administrateur de Culturesfrance, M. Abderrahmane Sissako, le Ministre de la Culture, M. Filipe Sawadogo et le Délégué générale du FESPACO, M. Michel Ouédraogo, en est l’illustration concrète. Un premier don est fait à la signature de la présente convention. Il porte sur le film de Gaston Kaboré, Rabi, dont Culturesfrance cède à la Cinémathèque de Ouagadougou une copie tirée du fonds de la Cinémathèque Afrique. Une copie de l’accord de l’ayant droit sera transmise à la Cinémathèque de Ouagadougou par Culturesfrance. De plus, un chèque de 13 millions FCFA a été remis par l’Ambassadeur de France, M. François GOLDBLATT, au Délégué général du FESPACO, M. Michel Ouédraogo.

La Cinémathèque Afrique de CULTURESFRANCE s’engage auprès de la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou gérée par le FESPACO, à débloquer une aide d’urgence sous forme de dons de copies. Cette aide, sous réserve de l’accord des ayant-droits, concernera des titres du fonds de la Cinémathèque Afrique de Culturesfrance qui bénéficieront du droit de consultation sur place, dans l’enceinte de la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou.

CULTURESFRANCE s’engage à accompagner la Cinémathèque Africaine de Ouagadougou dans les évolutions technologiques, notamment numériques, en déposant à Ouagadougou, sous réserve d’un accord formel des ayant droits, une copie de tout film africain numérisé, par la Cinémathèque Afrique de Culturesfrance .

L’ensemble de ces engagements ont pour but d’accompagner sur une durée de trois ans, le développement de la cinémathèque de Ouagadougou, et de renforcer les fonds culturels cinématographiques du Burkina Faso.

Dernière modification : 15/02/2011

Haut de page