Trésorerie

ADRESSE

435, Avenue de l’Indépendance
01 BP 646, Ouagadougou 01 - Burkina Faso
Heures ouvrables : du lundi au vendredi, 7h -13h et 15h -17h30
Téléphone : (226) 25 30 67 86 / 87
Télécopie : (226) 25 30 67 88

PRESENTATION

JPEG

Le Trésor public relève de la Direction Générale des Finances Publiques, qui elle-même est une des principales directions du ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat.

Le réseau du Trésor public compte environ 50 000 agents répartis dans différents grades et fonctions. Il couvre l’ensemble du territoire national que ce soit la métropole ou les départements et territoires d’outre mer (trésoreries générales, recettes des Finances, trésoreries . . . ) et dispose également à l’étranger de trésoreries auprès des ambassades de France.

Les attributions du Trésor Public sont variées et impliquent l’ensemble des administrations et bénéficiaires de fonds publics.

MISSIONS

Les principales missions de la Trésorerie sont :

- le recouvrement des recettes publiques (fiscales et non fiscales) ;

- l’exécution des dépenses de l’Etat (de fonctionnement et d’investissement) ;

- la tenue de la comptabilité de l’Etat ;

- gestion et paiement des pensions concédées à des ressortissants burkinabè et à des Français établis au Burkina Faso ;

- le contrôle des organismes, des comptables publics et des gestionnaires de deniers publics, régisseurs par exemple.

LA TRESORERIE DE OUAGADOUGOU

Composée d’une dizaine d’agents dont 2 cadres A et 2 cadres B, la Trésorerie auprès de l’Ambassade de France à Ouagadougou exerce la majeure partie des missions décrites ci-dessus, principalement en ce qui concerne le recouvrement des recettes publiques et l’exécution des dépenses de l’Etat. Toutes les dépenses des services publics français à Ouagadougou (Ambassade, SCAC, CCF... ) sont en effet exécutées par la Trésorerie.

Par ailleurs, la Trésorerie gère l’ensemble des dossiers de pensions concédées à des ressortissants burkinabè à titre civil ou principalement militaire et procède à leur paiement.

Enfin, le Trésorier exerce les attributions d’agent comptable des centres culturels français à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso dont il exécute les budgets, et est également, par délégation de l’Ambassadeur de France, le chef du service des Domaines ; et à ce titre, il tient le tableau général des propriétés de l’Etat et organise les ventes domaniales.

Dans le cadre de la modernisation des structures et procédures comptables à l’étranger, afin d’accompagner la déconcentration des crédits budgétaires et des décisions de gestion, le Trésorier exerce par délégation du Trésorier payeur général pour l’étranger la fonction de contrôleur financier.

REFORME EN COURS


Le Président de la République a demandé que la direction générale des Impôts et la direction générale de la Comptabilité publique soient complètement fusionnées, tant au niveau des administrations centrales que des services déconcentrés, en un ensemble unique afin d’améliorer le service rendu aux usagers, de renforcer la performance grâce aux synergies, d’élargir l’espace professionnel des agents.

Pour réaliser cette fusion, qui s’inscrit dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, et atteindre les objectifs ainsi définis par le Président de la République, le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’Etat a décidé la mise en place d’ici 2012 de cinq réformes :

  1. Fusionner les deux administrations centrales de la direction générale des Impôts et de la direction générale de la Comptabilité publique en une seule nouvelle direction complètement unifiée : la direction générale des Finances publiques ;
  2. Fusionner dans chaque département les directions locales de la DGI et du Trésor public (directions des services fiscaux et trésoreries générales) en une direction locale unifiée et mettre à sa tête un commandement unique dans chaque département ;
  3. Créer le guichet fiscal unifié des particuliers, consistant d’une part à regrouper dans des "services des impôts des particuliers" le traitement de l’assiette et du recouvrement là où se trouvent des centres d’impôts, d’autre part à offrir dans les trésoreries un "accueil fiscal de proximité" là où ne se trouvent pas de centres d’impôts ;
  4. Renforcer le conseil aux collectivités territoriales tant dans la fourniture rapide et approfondie des données discales que dans la qualité de la tenue des comptes ;
  5. Homogénéiser les règles de gestion et unifier les statuts des personnels de sorte que la DGFiP devienne un espace professionnel ouvert à l’ensemble de ses agents.

Dernière modification : 02/12/2016

Haut de page